Frontières et transfrontières

 

Dans une perspective transpériode, on s'attachera à étudier les frontières en Europe (entre nations ou entre cultures) en tant que facteur d'identité, de représentation intra et extra européenne des différences. Comme expérience du passage et de la rupture, comme point de franchissement, la frontière (douanière, politique, militaire) apparaît à l'historien comme poreuse davantage que rigide, faites de transactions et d'accommodements plutôt que de partages bien tranchés - et ceci de l'affrontement islam/chrétienté du Moyen Âge jusqu'au XXème siècle des "blocs" ?

On se demandera d'abord comment elles se construisent et se légitiment, au fil de la genèse de l'Etat et des appareils d'Etat, des entités urbaines ou provinciales, et aussi au hasard des événements historiques qui se traduisent par leur déplacement ou leur destruction. Dans quelle mesure, en somme, leur identification, leur objectivation, leur surveillance produisent-elles par elles-mêmes des clivages ? On cherchera aussi à les analyser comme sensibilités au paysage (qu'il s'agisse ou non d'obstacles naturels) et comme représentations mentales, à éclairer en somme par quels processus les lignes frontières "tracées" et les zones frontières "vécues" sont liées.