Dictionnaire Historique des Institutions de l'Alsace (DHIA)

 

DU MOYEN-ÂGE A 1815

Réalisé sous l'égide de la Fédération de Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace, la plus importante de France par le nombre de ses adhérents, Le Dictionnaire historique des institutions de l'Alsace (DHIA) fait suite au Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, dont le 49e et dernier fascicule a paru  en 2007.

Il est réalisé par une équipe d'historiens issus de l'Université aussi bien que du milieu associatif et s'inscrit dans l'axe « Liberté, autorité, contrainte » de l'Equipe de recherche en Sciences historiques (EA 3400 ARCHE).

Son objectif est très ambitieux. Du Moyen Age à 1815, l'Alsace connaît une situation sans équivalent dans les autres régions d'Europe. Lorsqu'elle est rattachée au Royaume de France, sous Louis XIV, le mot d'ordre est « ne pas toucher aux usages de l'Alsace », mais la réalité est plus complexe lorsque les institutions françaises se superposent à ce qui existait jusqu'alors.

Le fractionnement de l'autorité publique et la coexistence des langues requièrent un long apprentissage de la part du chercheur. Celui-ci n'est pas toujours sensible à la persistance de pratiques antérieures à la Révolution française ou aux spécificités d'un droit local validé par l'annexion allemande de 1871 à 1918. Il n'en a pas le mode d'emploi : les informations sont inaccessibles, dispersées à l'infini et, bien souvent, totalement périmées. La seule tentative cohérente, le Dictionnaire de l'Alsace de Horrer, qui remonte à 1787, n'a pas dépassé la lettre C.

Le DHIA est conçu comme un outil d'intelligibilité : les entrées correspondent aux termes présents dans les archives aussi bien que dans la bibliographie ; elles sont données sous leurs différentes formes, latin, allemand ancien, allemand moderne, français, accompagnées de définitions précises, de jalons chronologiques, d'explications plus développées, d'exemples, d'indications relatives aux sources et à la littérature spécialisée, et, naturellement, de renvois, et peuvent faire l'objet de notices synthétiques.

Contrairement à ce que pourrait suggérer son nom, le DHIA ne s'arrête pas aux deux départements alsaciens. Il inclut des secteurs qui se trouvaient dans leur mouvance et qui relèvent actuellement d'autres appartenances (Lorraine, Franche-Comté, Palatinat, Bade-Wurtemberg, Suisse). De ce fait, il intéresse tout autant les historiens de l'espace français que ceux des mondes germaniques.

L'équipe du DHIA est dirigée par François Igersheim, professeur émérite à l'UdS.

Les fascicules parus sont disponibles auprès de la FSHAA (www.alsace-histoire.org)