Charcis

Projet CHARCIS (chartes cisterciennes du XIIe siècle)

Projet ANR 2013-2016 

Responsable : B.-M. Tock 

Base de données : http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/index/ 

 

Quatre siècles, environ, après les premières éditions imprimées de chartes médiévales, le bilan du travail d’édition scientifique des actes médiévaux est plutôt mitigé. Si le texte de nombreux actes a été imprimé, l’ensemble n’est ni assez exhaustif, ni assez systématique, ni assez rigoureux.

Les fonds d’archives de Beaupré, Foigny, Fontmorigny, Franquevaux, Froidmont, Longpont, Loos, Noirlac, Signy, Valloires, La Valroi, Vauclair, parmi tant d’autres fonds cisterciens, n’ont jamais été publiés. Ce n’est pas, bien sûr, une caractéristique propre aux Cisterciens : chez les Prémontrés, les fonds de Prémontré même, de Saint-Martin de Laon, de Cuissy ou de Vicoigne, par exemple, sont encore inédits. On pourrait aussi citer, chez les bénédictins ou les séculiers, les chapitres cathédraux de Reims, Laon ou Cambrai ; les abbayes Saint-Rémi de Reims, Saint-Médard de Soissons ou Notre-Dame de Soissons, de Nogent, de Saint-Amand, les chapitres collégiaux Sainte-Croix de Cambrai, Saint-Amé de Douai… Encore n’est-il question ici que du XIIe siècle. Pour le XIIIe, et plus encore pour les XIVe-XVe siècles, la situation est bien pire.

D’autres fonds semblent être publiés : on trouve sans peine les références des éditions des actes ou des cartulaires de Saint-Vaast d’Arras, Saint-Bertin, Pontigny, les Vaux-de-Cernay ou Ourscamp, par exemple. Mais en regardant mieux, ces éditions sont partielles, et donc à refaire, ou à tout le moins à compléter : Pour Saint-Vaast un seul manuscrit d’un seul cartulaire a été édité ; pour Saint-Bertin l’éditeur, devant l’immensité de la tâche, a publié tantôt des actes complets, tantôt des extraits, tantôt des regestes ; pour Pontigny, Ourscamp ou les Vaux-de-Cernay seul un cartulaire, à chaque fois, a été publié. Dans d’autres cas, quelques actes ont été publiés, souvent sous la forme d’un article, ou en annexe à un article ou à un livre : quelques actes de l’abbaye d’Igny par ici, quelques autres relatifs aux difficultés financières d’Arrouaise à la fin du XIIe siècle par là… La publication d’un acte est en soi toujours une bonne chose, mais ne remplace en rien l’édition d’un fonds d’archives entier.

Le travail d’édition critique demande une rigueur, une méticulosité et un temps que certains éditeurs sous-estiment, ou que délibérément ils ne veulent pas lui consacrer. Rien de sorcier cependant, mais beaucoup d’exigence. La collation attentive des éditions des actes de Lannoy, Ourscamp ou Saint-Georges d’Hesdin convainc rapidement de la nécessité de refaire le travail. Parfois, le problème n’est pas la qualité de ce qui est édité, mais le fait que tout n’y est pas : l’édition du Livre Blanc du chapitre cathédral d’Arras n’est pas défectueuse, à ceci près, et ce n’est pas un détail, que l’éditeur a omis de très nombreux passages des actes.

L’historien, voulant utiliser dans ses recherches (qu’elles portent sur l’histoire religieuse, économique, sociale, politique, juridique, culturelle…) des actes du XIIe siècle, est dès lors contraint d’utiliser les quelques bonnes éditions existantes, de s’appuyer sur d’autres éditions insatisfaisantes et donc potentiellement dangereuses pour lui, ou de mener de longues recherches pour constituer lui-même son corpus. Ces recherches sont longues, parce que les éditions de lambeaux d’archives sont nombreuses et en fin de compte difficiles à recenser toutes ; et parce que les archives elles-mêmes sont souvent dispersées entre archives et bibliothèques, sans compter que les archives ont voyagé, ainsi d’ailleurs que les érudits modernes qui les copiaient.

Bref, le constat est assez sombre. Pire encore : malgré les efforts méritoires (mais assez peu encensés par une critique parfois tatillonne) de quelques chercheurs, au rythme où paraissent les éditions de textes diplomatiques, il faudra attendre plusieurs décennies, au moins, et sans doute bien plus d’un siècle, avant que tous les fonds d’archives du XIIe siècle aient bénéficié d’une édition exhaustive, systématique et de qualité.

 

Que faire ? D’abord continuer, bien sûr, à travailler à des éditions critiques et à en publier. Seule l’édition exhaustive, raisonnée, ordonnée, rigoureuse d’un fonds d’archives permet à l’historien d’utiliser réellement celui-ci : il faut donc continuer à y travailler, et l’édition critique de tous les actes du XIIe siècle doit rester un objectif.

Mais cela ne suffit pas. C’est ici que l’édition numérique peut apporter une aide considérable. L’édition numérique, cela peut être un type d’édition largement semblable à l’édition critique traditionnelle, avec de surcroît de nombreux avantages liés au numérique, et en revanche un défaut inhérent à celui-ci. Les avantages sont, notamment, la capacité à faire évoluer la publication (publication progressive, corrections et mises à jour régulières), la capacité à créer des liens automatiques avec d’autres publications ou avec d’autres éléments tels que l’index, la facilité de la diffusion et donc de l’accès, la capacité à cartographier automatiquement les lieux mentionnés… L’inconvénient, c’est l’absence de garantie de la durabilité de la publication, ce qui est particulièrement gênant en ce qui concerne les éditions de textes, conçues pour être utilisées pendant des décennies, voire des siècles. Or personne ne peut, aujourd’hui, garantir la continuité technique, financière et politique de la publication électronique et de l’accès aux publications électroniques. Raison pour laquelle, idéalement, les deux publications, électronique et imprimée, devraient maintenant aller de pair. Mais ce type d’édition électronique ne résout pas notre problème, puisqu’il suppose toujours, à la base, le même travail d’édition scientifique.

 

Davantage que l’édition électronique, c’est la base de données qui marque une rupture fondamentale et qui permet de nouveaux projets, dans la mesure où elle offre la consultation simultanée de plusieurs milliers, voire dizaines de milliers d’actes. Mais la base de données dépend par définition des données qu’on y intègre. La base de données Chartae Galliae, la plus riche en ce qui concerne les textes diplomatiques de la France médiévale, s’est essentiellement constituée à partir d’éditions existantes.

Pourquoi pas d’ailleurs, puisque les historiens utilisent quotidiennement ces éditions, quelle que soit leur valeur ? Mais précisément, à partir de ce constat, est née l’idée de mettre également en ligne les textes inédits, sans en faire une édition scientifique « définitive », mais en donnant aux chercheurs un accès direct, pour chaque charte conservée, à un texte utilisable ; en réduisant l’étude critique à un minimum, laissant donc celle-ci très largement à la charge de l’utilisateur ; en établissant le texte à partir de l’original quand il existe ; à défaut, à partir d’une seule copie, choisie après examen des différentes copies existantes, mais sans relevé systématique des variantes.

Ce projet supposait de cibler un corpus d’actes : impossible évidemment de traiter l’ensemble des actes inédits, et inintéressant de choisir les actes de manière aléatoire. Le choix s’est porté sur les archives des abbayes cisterciennes pour le XIIe siècle. L’ordre cistercien en effet est celui qui, davantage que les autres, a été traversé par une tendance à l’uniformité. Celle-ci a été relativisée par des travaux récents, mais son ampleur continue à faire l’objet de recherches, y compris dans le domaine de la diplomatique. C’est donc un ordre pour lequel la mise à la disposition des chercheurs d’un grand nombre d’actes jusqu’ici peu exploités s’imposait le plus.

 

Le projet a bénéficié d’un financement par l’Agence nationale de la Recherche, avec une équipe composée de Véronique Gazeau à Caen et Alexis Grélois à Rouen (dans les deux cas avec Tamiko Fujimoto), Eliana Magnani à Dijon, puis Paris (avec Coraline Rey et Marlène Hélias-Baron), Jean-Baptiste Renault à Nancy (avec Laura Gilli, Jean-Pol Evrard et Hubert Flammarion) et moi-même. Il visait la publication électronique d’au moins 2000 chartes inédites, en privilégiant la moitié Nord de la France actuelle.

Il fallait disposer d’une base de données. Plutôt que d’en créer une nouvelle, à la fois pour des raisons d’économie et pour éviter la multiplication des bases, le choix avait été fait, dès la rédaction du projet, de reprendre la base Chartae Galliae, mise du point dans le cadre d’un précédent projet soutenu par l’Agence nationale de la Recheche (www.telma.fr/chartae-galliae/index). Ce choix ne résolvait cependant pas tous les problèmes. Il était nécessaire d’améliorer l’interface de saisie et de consultation : comme prévu, avec l’aide de Telma (IRHT), un informaticien a été recruté et a mis en place une interface de très grande qualité. Parallèlement, il fallait aussi nettoyer la base de données existante des petits défauts et scories qui y subsistaient.

 

Le premier résultat de notre travail a été l’enrichissement de la base de données Chartae Galliae : plusieurs centaines de chartes éditées et plus de 2.000 chartes inédites y ont été ajoutées :

[abbayes cisterciennes intégrées dans Charcis (les abbayes de femmes sont en italiques)]

 

 

Même s’il était difficile d’exploiter le corpus des chartes cisterciennes alors qu’il était en cours de constitution, quelques travaux ont déjà pu être menés. Une étude sur l’abbaye de Beaupré (dioc. Beauvais) montre que cette abbaye (dont le fonds d’archives, inédit, est désormais consultable), a choisi de recourir très fortement à l’autorité épiscopale pour confirmer les actions juridiques dont elle était bénéficiaire : si l’évêque n’a pas fait personnellement de don à l’abbaye, il l’a quand même fortement soutenue. Ce n’est qu’à la fin du XIIe siècle que l’abbaye a proposé aux laïcs (ou accepté ?) qu’ils valident eux-mêmes, par leur sceau, les donations qu’elle recevait. Auparavant, les évêques donnaient fréquemment des chartes de confirmation générale. En d’autres termes, l’abbaye avait recours au système de la pancarte. C’était lié à l’importance des donations : les chartes de confirmation simultanée de plusieurs actions juridiques s’expliquent par la modestie de celles-ci, qui devait encourager l’abbaye à ne pas payer le droit de sceau pour chacune de ces petites transactions[1].

Une autre découverte importante en ce qui concerne Beaupré est qu’il y a un changement dans le mode d’acquisition du patrimoine en 1165/1167. Jusqu’alors de très nombreux actes, sous la forme de chirographes, consignent une donation faite par un laïc en échange d’un revenu annuel. À partir de 1167, les donations sous réserve d’un revenu annuel se font très rares, et au contraire l’abbaye se lance dans une politique de récupération de ces charges, puisque ce sont ces revenus annuels perçus au détriment de l’abbaye qui sont désormais donnés à celle-ci, par des chartes en un seul exemplaire.

Il y avait aussi une abbaye de Beaupré en Lorraine. L’étude de ses actes montre qu’elle prend en mains elle-même une bonne partie de l’élaboration des nombreux actes qu’elle reçoit, y compris des actes que l’évêque de Toul lui délivre[2].

Les privilèges pontificaux sont réputés avoir été constitués d’un assemblage de formules. Les spécialistes sont tellement d’accord à ce sujet que bien souvent ils n’éditent même plus les différentes clauses. Or la comparaison de la formulation exacte de ces textes, à partir de l’exemple des privilèges reçus par les monastères cisterciens, montre qu’il y a en réalité bien plus de souplesse qu’on ne le croyait : les formules ne se ressemblent pas toutes, et cela vaut même pour les formules des actes conservés en originaux. Signe d’une certaine liberté rédactionnelle au sein de la chancellerie pontificale, mais aussi d’une réflexion sur le libellé le plus adéquat[3]. Signe aussi parfois d’une tradition liée au bénéficiaire, qui utilise ses archives pour rédiger une petitio, voire une première version du privilège ; ou qui est particulièrement attaché à certaines dispositions ou formulations.

Une vaste étude sur un phénomène peu étudié, l’emprunt d’un sceau par un auteur de chartes qui ne disposait pas, ou plus, de sceau, a pu être menée pour le Nord de la France. Cette étude n’était pas limitée aux abbayes cisterciennes, mais elle a pu bénéficier de l’apport de la base de données Chartae Galliae et montrer la relative importance de ces emprunts, et le sens de cette situation particulière où un auteur d’actes pouvait être dépourvu de sceau à l’époque du triomphe de la charte scellée[4].

Deux abbayes cisterciennes champenoises, Cheminon et Montier-en-Argonne, avaient succédé à un établissement canonial, mais diffèrent en ce qui concerne le traitement de leurs archives. Cheminon, dont le patrimoine immobilier était confronté à de nombreuses contestations, recourait très souvent aux actes hérités de sa période canoniale ; Montier, au contraire, se pourvut dès son entrée dans l’ordre de Cîteaux d’une nouvelle série d’actes de confirmation, ce qui la dispensait de recourir ensuite aux actes antérieurs[5].

Enfin, la richesse du fonds d’archives de l’abbaye de Vaucelles, notamment en matière d’actes d’exemption de péage, montre l’importance que cette abbaye a consacrée à cette catégorie d’actes. C’est d’ailleurs l’abbaye, et non les seigneurs, qui veillait à l’élaboration de ces actes d’exemption. Sauf dans un cas : quand Raoul, seigneur de Coucy, partant pour la Croisade en 1190, multiplie les actes d’exemption, d’ailleurs pas seulement aux Cisterciens. Ce sont alors les clercs au service de Raoul qui contrôlent de près l’émission des actes de leur seigneur[6].

 

Le rassemblement d’un aussi grand nombre d’actes n’a de sens que s’il est exploité : c’est maintenant aux historiens de s’emparer de la base de données et de l’utiliser. Les possibilités offertes sont innombrables, et je me contenterai d’en citer quelques-unes.

La constitution du temporel pourra être mieux étudiée. Cela concerne le mode d’acquisition des biens (dons, achats, échanges…), mais aussi le type de biens et l’existence, ou non, d’une contrepartie, financière sous la forme d’un cens annuel, ou spirituelle sous la forme de prières, voire d’une confraternité de type traditionnel. L’attention prêtée par les communautés monastiques à l’obtention du droit d’exploiter une carrière devra également être prise en compte. Il en va de même pour les vignes, et par extension pour les exemptions de péage ; ou pour les dîmes : tout en cherchant à se dispenser de les payer, les moines cherchent progressivement à en percevoir, au point d’ailleurs que la distinction entre exemption du paiement de la dîme et autorisation de percevoir des dîmes ne se laissent pas toujours facilement distinguer.

On pourra également mieux regarder la composition des communautés cisterciennes : moines et convers, mais aussi serviteurs laïcs. Ceux-ci sont rarement évoqués dans les sources narratives, mais se rencontrent parfois au détour d’une charte. Les listes de témoins pourraient nous montrer quels étaient les réseaux d’amitié que les Cisterciens entretenaient dans les environs, au sein de l’aristocratie, mais sans doute souvent de la très petite aristocratie. Montrer aussi dans quelle mesure les abbés, moines et convers sortaient de leur monastère pour témoigner au bas des chartes d’autres abbayes.

Parmi les autres thèmes possible, on citera la création des granges, les relations avec les princes et les évêques (voire avec les papes)… Sans oublier quelques questions anciennes, mais non définitivement tranchées, de l’histoire des monastères cisterciens : la conformité des actes de la pratique avec les prescriptions générales de l’ordre, en particulier sous Bernard de Clairvaux ; la réalité, ou non, des défrichements cisterciens ; l’authenticité des « actes de fondation » des abbayes ; le lien entre la générosité des seigneurs et le départ en croisade ; le rôle des pancartes dans le documentation cistercienne ; le souci pour les moulins et l’adduction d’eau… Enfin, en lien avec une tendance de la diplomatique qui connaît un développement récent, la conservation des actes, et donc les pratiques d’archivage des abbayes, devraient aussi être étudiés.

 

Le projet « Charcis » a abouti, comme prévu, à la publication en ligne de plusieurs milliers de chartes, dont de très nombreux inédits. Mais le projet doit continuer : par la publication d’actes supplémentaires ; par la publication d’éditions critiques, qui peuvent parfaitement utiliser les documents mis en ligne ; par l’exploitation de ces actes. C’est seulement ainsi que « Charcis » jouera pleinement son rôle.

 

 

 

 


[1] Benoît-Michel Tock, « Les auteurs des chartes de l’abbaye de Beaupré (diocèse de Beauvais) au XIIe siècle », dans Edad Media. Revista de Historia, 16 (2015), p. 71-88.

[2] Hubert Flammarion, « Chancellerie épiscopale ou scriptorium monastique ? Confrontation des chartes de l’abbaye cistercienne de Beaupré en Lorraine et de celles de l’évêque de Toul au XIIe siècle », da            ns Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe – milieu du XVIe siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver, éd. Arnaud Baudin et Laurent Morelle, Troyes-Paris, 2016, p. 75-97.

[3] Benoît-Michel Tock, « Permanence et évolution des formules des privilèges pontificaux au XIIe siècle », dans Lotharingien und das Papsttum im Früh- und Hochmittelalter (Actes colloque Aix-la-Chapelle, 2014), éd. Klaus Herbers, sous presse.

[4] Benoît-Michel Tock, « L’emprunt de sceau (Nord de la France, XIIe et XIIIe siècles) », dans Le sceau dans les Pays-Bas Méridionaux, Xe-XVIe s. (Actes coll. Bruxelles et Namur, 2014), éd. Marc Libert et Jean-François Nieus, sous presse.

[5] Jean-Baptiste Renault, « La mémoire des filles adoptives. Le traitement des archives des abbayes de chanoines réguliers rattachées à l’ordre de Cîteaux en Champagne (XIIe-XIIIe siècle) », dans Les pratiques de l’écrit, p. 213-240.

[6] Benoît-Michel Tock, « Les actes d’exemption de péage : les cas de l’abbaye de Vaucelles et des seigneurs de Coucy », en préparation.