Thibaut Vetter

Parcours universitaire

Depuis 2019 : préparation d'une thèse en histoire moderne

2016 - 2018 : Master de Recherche en Sciences Historiques, "Histoire et Civilisation de l'Europe Occidentale" à l'Université de Strasbourg - mention Très Bien. Présentation d'un mémoire de recherche intitulé "Si Vis Pacem, Para Bellum. La préparation à la guerre à l'époque moderne, l'exemple du duché de Lorraine. Étude des préparatifs et de l'entretien de l'artillerie des ducs de Lorraine, 1572-1633".

2013 - 2016 : Licence en Sciences Historiques, mention Histoire, à l'Université de Strasbourg

Bourse

2019 - 2022 : Contrat doctoral délivré par l'ED 519 SHS-PE



Champs de recherche

Histoire moderne (XVIe et XVIIe siècles)
Histoire militaire/histoire de la guerre
Histoire politique (construction de l'État moderne)
Histoire économique et sociale
Histoire des techniques (aspects militaires)
Histoire du duché de Lorraine
Étude de l'anticipation des besoins militaires par les États et de leur rapport à la guerre en période de paix
Étude de la mise en place et du maintien par les États d'infrastructures de production spécialisées
Étude de l'influence des besoins militaires sur les acteurs économiques en lien avec la production dédiée aux préparatifs militaires et sur l'innovation technique

Thèse en cours

Intitulé

"Si Vis Pacem, Para Bellum" : la préparation à la guerre à l'époque moderne. L'exemple du duché de Lorraine (1508-1633)

Codirection

Antoine Follain (Université de Strasbourg, EA3400 ARCHE)
Jérôme Viret (Université de Lorraine, EA3945 CRULH)

Résumé

L’histoire de la guerre est aujourd'hui en constant renouvellement et ses nouvelles problématiques incitent notamment à ouvrir de nouvelles pistes de recherche. À cet égard, les préparatifs militaires ont jusqu’ici été considérés comme des préalables si évidents qu’ils ont été ignorés par les historiens. Pourtant, lever des armées, élever ou réunir des chevaux, construire des forteresses, produire des armes, des canons efficaces et les entretenir en vue d’un conflit potentiel implique des réflexions stratégiques, une lourde logistique et une relative anticipation de la part des contemporains.

Perpétuellement menacé par les guerres au cours du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle, le duché de Lorraine du début du règne d’Antoine le Bon (1508) à l’occupation de l’espace lorrain par la France (1633), est un cadre géographique privilégié pour étudier cette nouvelle problématique de la guerre avant la guerre. L’anticipation des menaces est ici une priorité, une nécessité pour le maintien de l’État ducal en pleine construction, alors que la paix est fragile tout au long de la période.

Les archives comptables du duché, exceptionnellement riches, permettent de suivre l’ensemble des dépenses et donc des opérations dédiées à la guerre. Il s’agit d’interroger la manière dont les ducs de Lorraine anticipent les besoins militaires en période de paix et les procédés mis en place pour préparer concrètement leurs États à la guerre. De cette question découlent plusieurs problématiques s'intéressant aux réflexions stratégiques menées par les ducs et leurs spécialistes, ingénieurs, artisans et militaires. Ces problématiques sont également liées à l'élevage des chevaux pour la cavalerie, aux armes produites, aux forteresses érigées et aux innovations techniques militaires, notamment permises par la situation de carrefour de la Lorraine, qui favorise le partage des idées. S’ajoutent également des questionnements quant aux méthodes, aux infrastructures et aux espaces de production, ainsi qu’aux acteurs, civils et militaires, de ces préparatifs.

L’analyse de l’anticipation des besoins militaires et des conflits permet de mesurer toute la complexité des préparatifs martiaux. Ces derniers mettent à contribution l’ensemble des richesses du duché dans leur diversité et réunissent l’expertise d’une multitude d’acteurs que l’État ducal doit rassembler, organiser et contrôler tant financièrement qu’institutionnellement. La rencontre de l’histoire de la guerre, politique, économique, sociale et des savoirs et des techniques doit permettre de poursuivre le renouvellement historiographique de l’histoire militaire. L’analyse du duché de Lorraine doit quant à elle servir à pousser plus avant l’étude des États moyens et petits, qui sont les plus nombreux en Europe à l’époque moderne et qui ont pourtant été négligés jusque-là par rapport à leurs puissants voisins. Cette thèse, à travers le cas lorrain, doit servir de base à une étude plus large de l’anticipation militaire, de la guerre avant la guerre, en Europe.