Jean-Baptiste Ortlieb

Doctorant en histoire moderne

jb.ortlieb@unistra.fr

Parcours universitaire

depuis 2018 : Préparation d'une thèse en histoire moderne

2017-2018 : D.U. Formation professionnalisante Enseignement 2nd degré.

2015-2017 : Préparation aux épreuves d’admissibilité et d’admission de l’agrégation d’histoire. Admissibilité à l’agrégation, admission au Capes.

2013-2015 : Master Histoire et civilisation de l’Europe occidentale, Université de Strasbourg, mention TB ; option « Préparation à l'agrégation d'histoire ».

2010-2013 : Licence d’histoire, Université de Strasbourg, mention AB.

2009-2010 : Classe préparatoire STH (sciences, techniques et humanités), INSA de Strasbourg.

Bourses de recherche

2018-2021 : Contrat doctoral de l’université de Strasbourg, ED 519.


Champs de recherche

Histoire environnementale

Histoire des massifs montagneux

Bas Moyen-Âge, époque moderne

Thèse en cours

Titre

Histoire environnementale des sommets des Vosges méridionales (XIIIe-XVIIIe siècle).

Directrice

Isabelle Laboulais, EA 3400.

Résumé

Les nouveaux paradigmes proposés par l’histoire environnementale modifient la compréhension de certains phénomènes sociaux et des conditions d’émergence du monde moderne, en employant une méthode fondée sur un rapport transdisciplinaire aux sources. L’approche environnementaliste est l’occasion de décentrer le regard sur un objet historique ancien, le massif vosgien, en focalisant l’étude sur un nombre défini de sommets des Vosges, situés de part et d’autre de la « ligne de crête ». En dépassant les problématiques régionales et locales, le but est de mettre en évidence l’existence de relations complexes entre l’homme et son milieu, à partir d’une enquête menée sur le « temps long » (XIIIe-XVIIIe siècle). Un corpus original, confrontant les documents écrits, cartographiques et iconographiques aux données issues des études de terrain, permet d’interroger concrètement le rapport entre les sociétés et les sommets par la constitution de réseaux au sein desquels entrent en compétition des acteurs variés, humains et « non-humains ». L’examen des évolutions et des mutations de ces relations, au cours d’une période marquée par l’émergence d’un nouveau rapport des sociétés occidentales à la nature, doit permettre de contribuer aux productions environnementalistes françaises et internationales, en posant de nouvelles bases dans la compréhension du milieu de moyenne montagne.

Communications

« Anthropisation et occupation des hautes chaumes vosgiennes : le massif du Rossberg à travers les sources et à travers le temps », Géohistoire de l’environnement et des paysages, Colloque international, Université de Toulouse Jean Jaurès (laboratoire GEODE, UMR 5602 CNRS), 12-14 octobre 2016.

 « Repenser la « frontière » vosgienne : apports de l’approche environnementale », Limites et frontières, Séminaire interdisciplinaire d’archéologie, Université de Strasbourg (Archimède, UMR 7044), 15-16 janvier 2018.