Aurélie Arena

Doctorante en histoire de l'art contemporain

Parcours universitaire 

Depuis 2014 — Doctorat d’histoire de l’art, Université de Strasbourg (sous la direction de Mme Valérie da Costa) 

2014-2015 — Maîtrise de philosophie, Université de Strasbourg (sous la direction de M. Jean-Claude Chirollet) 

2013-2014 — Master d’histoire de l’art contemporain, Université de Strasbourg (« Mémoire et histoire chez Hannah Höch : structures mnémoniques de l’entre-deux-guerres et de l’après 1945, une mise en regard », sous la direction de Mme Valérie da Costa)

Licence de philosophie, Université de Strasbourg 

2011-2012 — Licence d’Histoire de l’Art, Université de Toulouse II-Le Mirail

Fonction particulière

Chargée d’enseignement vacataire à l’Université de Strasbourg

Secrétaire de rédaction pour Strathèse, revue doctorale de l’ED 519

Champs de recherche

Allemagne, République de Weimar, période national-socialiste, art contemporain, XXème siècle, arts populaires, histoire des techniques artistiques, photomontage, peinture, gravure, dessin, histoire des genres, mémoire, arts de la mémoire, marché de l’art.

Thèse en cours

Titre

Hannah Höch. Dialogue entre les arts et les techniques

Directrice de recherche

Valérie Da Costa

Résumé

Bien que l’artiste demeure méconnue en France, les recherches sur Hannah Höch prennent de l’ampleur dans sa nation d’origine, l’Allemagne, et dans les pays anglo-saxons. Redécouverte après-guerre pour sa participation au mouvement dadaïste berlinois en tant que seule artiste femme du groupe, sa carrière traverse pourtant le XXème siècle et témoigne d’une remarquable liberté malgré les contraintes historiques, des turbulences socio-politiques de la République de Weimar à l’isolement consécutif du Troisième Reich. Photomontage, peinture à l’huile, aquarelle et gouache, gravure et dessin accompagnent une intense pratique d’archivage liée à sa vie personnelle et ses amitiés artistiques, dans un pluralisme stylistique déroutant ayant longtemps conduit à considérer Höch comme une amatrice talentueuse.

A partir d'un état aussi exhaustif que possible de sa production artistique, rassemblant, dans leur richesse et leur diversité, tous les media employés (les photomontages, majoritairement présents dans les collections publiques, mais également les peintures, gravures et dessins sur le marché de l’art et dans les collections privées), nous tenterons de saisir les modalités de la pluralité technique pratiquée par l’artiste ainsi que son évolution en répondant aux questions suivantes : qu’est-ce qui conditionne le choix d’une technique particulière chez Höch, et pourquoi en multiplier les pratiques ? Les différentes techniques artistiques employées sont-elles hybridées, ou au contraire nettement distinguées, et dans quels cas et contexte ? Quelle influence les avancées techniques et sociales de son époque exercent-elles sur sa pratique artistique ? D’autres disciplines (inspirées par ses activités régulières de graphiste ou couturière) influencent-elles son usage des différents media, et dans quelle mesure ? Quelle approche du concept de « technique » son iconographie, mais aussi ses recherches formelles et les processus créatifs mis en place traduisent-ils, et quel rapport instaurent-ils avec l’histoire et la tradition des différentes disciplines artistiques ? Comment Hannah Höch se positionne-t-elle dans l’éclatement des techniques propre au champ de l’art du siècle dernier ?

Considérant les multiples facettes de l’artiste comme autant de facteurs déterminant sa pratique, notre approche veillera à questionner l’impact du statut de femme artiste sur sa création et sa réception, dans les bouleversements et vicissitudes qu’il connait au XXème siècle, mais aussi l’influence des politiques culturelles sur la création artistique et le développement de ses problématiques, tout en considérant comme d’égale importance les évènements biographiques ayant conditionné sa pratique artistique.